Star Trek Voyager
Saison Virtuelle 9
9.09-suite- Deuxième étoile à droite II: Nouvelle vie
Dernière mise à jour :24 décembre 2002
Retour a la page d'accueil
Retour à la page d'accueil

.
9.09 couverture 'Deuxième étoile à droite II: Nouvelle vie'
NOUVEAU: Couverture en français
Episode 9.09 suite - LIENS
Par: Jeffrey Harlan (FedNet - http://fednet.coolfreepages.com)
Version française: André (andduret@yahoo.com)

Note: Star Trek: Voyager, personnages et autres produits dérivés sont des marques déposées de Paramount Pictures. Aucune infraction aux droits d'auteurs de Paramount voulue. La Saison 8 virtuelle de Voyager (Voyager Virtual Season 8, VS8) est une entreprise à but non lucrative. L'histoire est propriété de son auteur. Pas de reproduction sans sa permission.

"Liens - une suite à Mariage de Convenance."
 
Académie de Starfleet
Complexe des dortoirs des Cadets
Hall Nogura
Date Stellaire 56385.1
19 Mai 2379, 16 heures 11 minutes
"Que diable lis-tu encore ?" Demanda Caleb Fromme en regardant par-dessus l'épaule d'Icheb. "'Analyse Tactique de la Guerre Romulienne' ? Nous allons voir ça que dans un an ! Nous sommes supposés être tous les deux des cadets de deuxième année, Icheb."
"Je fais partie d'un programme accéléré en raison de la guerre", répondit sèchement Icheb. "Quelqu'un a cru bon penser que mes études devaient avancer à un rythme plus rapide que la normale."
"Ca ne semble pas du tout te restreindre", marmonna Fromme. "J'ai déjà des problèmes pour tenir le rythme actuel, mais toi, tu continues de survoler les cours ! Ca doit être l'ordinateur que tu as dans la tête."
"Je t'accorde", admit Icheb, "que les processeurs de mes implants crâniens m'aident dans mes études en me donnant, en fait, une mémoire photographique. Mais la cadence de mes classes avancées me demande tout de même des efforts. Par exemple, j'ai eu peu de temps durant le dernier mois pour des activités extrascolaires."
Avant que Fromme puisse y aller d'une riposte, on frappa à la porte. Puisse qu'il était déjà debout, Fromme alla répondre et Icheb profita de cette opportunité pour reprendre sa lecture.
Même Fromme n'était pas préparé à ce qui l'attendait de l'autre côté de la porte. C'était une fille, qui devait avoir quinze à seize ans et qui semblait humaine, si ce n'était la série de cornes descendant sur son front. Impossible qu'elle fut là pour le garçon Borg, raisonna Fromme. Aussi bien s'amuser pendant qu'il le pouvait.
"Bonjour, toi", commença-t-il de sa voix charmeuse. "Je suppose que ma réputation m'a précédé. Quel est ton nom, beauté ?" Elle lui semblait familière, mais il n'arrivait pas à la resituer.
La fille roula ses yeux de dégoût. "Naomi", dit-elle. Elle tenta d'entrer dans la chambre, mais Fromme lui bloquait le passage.
"Hé là", enchaîna-t-il, "n'allons-nous pas un peu vite ? Pas même un baiser pour commencer ?" Il lui présenta ses lèvres. Naomi lui lança le regard le plus noir qu'elle pouvait, comme elle avait vu le Capitaine Janeway faire en de nombreuses occasions. "Ooh, tu ne manques pas de cran !"
Fatiguée de ses singeries, Naomi poussa Fromme et entra dans la chambre. "Icheb !" Appela-t-elle.
Icheb laissa tomber sa lecture et se leva pour accueillir son amie du Voyager. "Naomi", la salua-t-il. "Comment vas-tu ?"
"Elle est ici pour toi ?" Questionna Fromme surpris. "Mon gars, où l'as-tu trouvé ?"
Naomi roula une fois de plus les yeux de dégoût.
 
***
 
Académie de Starfleet
Complexe des dortoirs des Cadets
Les Communs
Date Stellaire 56385.1
19 Mai 2379, 16 heures 20 minutes
"Merci, Icheb", dit Naomi en sortant avec le cadet. "Ton compagnon de chambre est vraiment un porc."
"Je suis heureux de te voir", dit Icheb. "Y a-t-il une raison particulière pour que tu aies fait tout ce chemin jusqu'à l'Académie, au lieu de simplement me contacter par le réseau de communications ?"
"Quelquefois, il est préférable d'avoir la personne en face de soit", dit Naomi. "Mais il est aussi parfois préférable d'éviter certaines personnes à tout prix, comme ton compagnon de chambre."
"Il faut dire qu'il faut un certain temps pour s'habituer à lui", admit Icheb. "Mais tu n'as toujours pas répondu à ma question. Qu'est-ce qui t'amène ici ?"
"Ok", admit Naomi. "Tu m'as eu. Je voulais juste te parler de quelque chose en personne et il m'a fallu des semaines pour trouver le courage de le faire."
"Le courage ?" Demanda Icheb.
"Je..." commença Naomi en hésitant. "Je t'aime bien, Icheb. Je veux dire, Je t'aime plus que bien. Tu comprends ?"
Icheb regarda la jeune fille avec surprise. "Tu as des sentiments pour moi ?"
"Ouais", dit Naomi. "Je sais, c'est stupide. Je n'aurais pas dû venir."
"Non", dit Icheb. "Je suis heureux que tu aies trouvé le courage de le faire."
"Alors, tu m'aimes bien aussi ?" Demanda Naomi, dans un sursaut d'espoir.
"Ca ne marcherait pas entre nous", dit Icheb.
"Pourquoi pas ?" Questionna Naomi, penaude.
"Il est vrai", répondit Icheb, "que tu t'es considérablement développée depuis notre première rencontre. Mais j'ai été placé dans un programme d'entraînement accéléré, comme je te l'ai dit dans la lettre que je t'ai envoyée, il y a trois semaines. Mon emploi du temps est devenu tellement chargé que je me retrouve souvent à étudier du moment où je me lève le matin jusqu'à l'heure où je me couche dans la nuit."
"Pas de temps pour s'amuser, han ?" Demanda Naomi.
"C'est exact", dit Icheb. "A moins que l'on me retourne parmi mes pairs avant que je complète ma formation, je doute d'avoir du temps pour des activités extrascolaires comme le sport, l'Escadron Nova..."
"Ou des petites amies", interrompit tristement Naomi.
"Oui", admit Icheb. "Je vais continuer de correspondre avec toi, bien sûr. Mon emploi du temps n'est pas à ce point chargé pour m'empêcher d'écrire des lettres."
"Peut-être que lorsque tu auras ton diplôme", dit Naomi avec espoir. "Peut-être que là, tu auras le temps."
"Peut-être", accorda Icheb. "Jusque-là... J'espère que ça n'altérera pas notre amitié, Naomi."
"Non", répondit-t-elle tout de suite. "Non, nous sommes toujours des amis. J'ai juste été une petite fille idiote de penser qu'il pourrait y avoir quelque chose de plus."
"Naomi", l'exhorta Icheb, "tu n'es pas une 'petite fille idiote.'"
 
***
 
Académie de Starfleet
Hall Malcolm Reed
Date Stellaire 56387.1
20 Mai 2379, 09 heures 47 minutes
"Aujourd'hui", tonna la voix du Lieutenant Andrew Tyler dans les haut-parleurs de la classe en amphithéâtre, "nous regarderons les stratégies utilisées par de nombreuses espèces connues contre les Borgs. Nous discuterons de ce qui a fonctionné et, avec l'aide d'un de vos compagnons de classe, de ce qui n'a pas fonctionné contre eux." L'attention de presque tout le monde se tourna un moment vers Icheb. Quand Tyler continua, Icheb remarqua que T'Kara le regardait toujours. Cela avait-il été le cas tout le temps avant qu'il la remarque ?
"Nous commencerons par ce qui vous est le plus familier", poursuivit Tyler. "Les rencontres connues des Borgs avec la Fédération." L'attention d'Icheb oscilla quand il sentit quelque chose caresser sa cuisse. Il baissa la tête et découvrit que T'Kara avait changé de siège pour s'approcher de lui.
D'accord, c'était une attitude inhabituelle de la part d'une jeune Vulcaine normalement réservée, mais ils avaient passé beaucoup de temps ensemble durant le dernier mois. Est-ce qu'elle cherchait à initier une relation romantique entre eux ? Au beau milieu d'une classe ?
"Cadet Icheb ?" La voix de Tyler ramena son attention juste à temps. "A moins que ce soit un sujet trop gênant pour vous..."
Icheb savait de quoi Tyler voulait qu'il parle. Sa période dans le Collectif Borg et plus précisément les circonstances concernant sa propre assimilation. "Non, Monsieur", répondit-il, sachant que, en dépit de ses sentiments, les informations qu'il pouvait partager pourraient certainement aider les autres cadets dans le futur. "Où voulez-vous que je commence ?" Demanda-t-il, bluffant parce qu'il n'avait pas entendu la question que lui avait posée le lieutenant.
"Pourquoi ne pas commencer avec vos parents", suggéra Tyler, "et l'intérêt que le Collectif avait pour votre monde d'origine."
"Oui, Monsieur", dit Icheb. "Mon monde d'origine est situé à moins d'une année-lumière du terminal d'un conduit transdistorsion. Le Collectif envoyait de façon routinière une sphère ou un cube pour déterminer si la population, laquelle n'ayant été que peu assimilée, avait développé de nouvelles technologies intéressantes depuis leur dernière visite. Si c'était le cas, le Collectif n'assimilerait pas seulement cette technologie, mais toute personne dans la région environnante avec l'intention de récupérer ceux qui avaient ces connaissances spécifiques pour les ajouter à l'esprit de la ruche."
Il fit une pause, s'éclaircissant la gorge. Il avait toute l'attention de ses pairs. "Mes parents, comme beaucoup de Brunalis, étaient, sont, des généticiens de grands talents. Ils en vinrent à la conclusion, puisque toute tentative de se cacher du Collectif avait échoué, qu'ils devaient faire une attaque stratégique. Utilisant des échantillons de leur propre ADN, ils créèrent un enfant qu'ils modifièrent ensuite pour émettre un virus qui pourrait tuer les parties organiques de chaque drone adulte sur tout vaisseau infecté, dans l'espoir que le virus s'étendrait et détruirait, si ce n'était la totalité des Borgs, du moins la plus grande partie d'entre eux. Cet enfant était moi."
Icheb entendit des halètements et des murmures venant des autres cadets quand il avait dit ces mots. "J'ai été envoyé dans l'espace et j'ai été assimilé peu après. Le virus fit son ¤uvre. Tous les drones adultes du cube moururent. Mais le cube était dans un coin isolé de l'espace et l'infection ne se répandit jamais."
"Est-ce que le virus fut utilisé à nouveau ?" Demanda un des cadets.
"Oui", répondit Icheb, choisissant soigneusement ses mots pour éviter de dévoiler des informations classées confidentielles auxquelles les autres cadets ne devaient pas avoir accès. "Juste avant le retour initial du Voyager dans la Fédération, Catherine Janeway parvint à infecter la Reine Borg en personne, une action que beaucoup croient avoir conduit à la nature imprévisible actuelle des Borgs."
"Merci, M. Icheb", dit Tyler. "Nous reviendrons à vous dans un moment, pour parler des autres races du Quadrant Delta qui ont été soit assimilées, ou ont résisté à l'assimilation."
 
***
 
Académie de Starfleet
Complexe des dortoirs des Cadets
Date Stellaire 56388.2
20 Mai 2379, 19 heures 37 minutes
Icheb déposa son plateau dans l'alcôve du réplicateur après avoir terminé son dîner. Les assiettes et le peu qui restait de son repas disparurent, leur matière fragmentée et recyclée dans le système. Ceci fait, il se retourna et se dirigea vers la sortie, montant les marches et se dépêchant de traverser les terrains publics pour entrer dans l'édifice des dortoirs du Hall Nogura.
Optant pour l'escalier plutôt que l'ascenseur pour grimper à l'étage, Icheb se retrouva vite dans le corridor menant à sa chambre. De loin, il vit son compagnon de chambre, Caleb Fromme, quitter la chambre qu'ils partageaient. Quand ils se croisèrent, Icheb remarqua le silence inhabituel de Fromme et se sentit mal à l'aise et inquiétant en voyant le sourire narquois que n'arrivait pas à cacher l'autre cadet. Quand il fut sur le point de tourner la poignée, Fromme perdit tout contrôle et y alla d'un gloussement étouffé. Ce qui était un comportement étrange, même de la part de Fromme. Quand il ouvrit la porte, Icheb sut immédiatement ce qui l'avait provoqué.
T'Kara était assise sur son lit. Dans une pose TRES aguichante.
"Bonsoir, T'Kara", dit Icheb. "Qu'est-ce qui vous amène ?"
Sans avertissement, T'Kara sauta du lit. Elle agrippa Icheb par le devant de son uniforme et le jeta sur le matelas. Avec des muscles adaptés à une planète dont la gravité était deux fois plus forte que celle de la Terre, elle le leva littéralement du sol et le cloua sur son lit. Elle ressauta sur le lit et s'assit à califourchon sur lui.
"T'Kara", commença Icheb, luttant pour contenir le choc et sa confusion. "Cela ne vous ressemble... pas du tout."
"Tu dois me prendre !" Siffla T'Kara. "Tu dois me prendre maintenant !"
Sa manière de s'exprimer ressemblait étrangement à l'argot de la Terre du vingtième siècle qu'utilisait fréquemment le Lieutenant Paris. Décidant qu'elle ne connaissait sûrement pas l'autre signification qu'avaient ces mots, il choisit de le prendre textuellement.
"Pour aller où ?" Demanda-t-il, la regardant et remarquant pour la première fois le regard de plus en plus hagard dans ses yeux.
"Sur Vulcain !" Répondit-t-elle. Et ses mots prirent tout leur sens. Sa condition pouvait tout à fait s'expliquer par deux mots d'ancien Vulcain : Ponn Farr.
Icheb connaissait la pulsion Vulcaine de l'accouplement de par sa courte période dans le Collectif et son séjour plus long à bord du Voyager. Il connaissait les changements physiologiques que cela provoquait, les déséquilibres hormonaux, la perte du contrôle émotionnel et la contrainte incontrôlable qui poussait les Vulcains à retourner sur leur monde d'origine pour s'accoupler. Il savait aussi avec quelle intensité les Vulcains souhaitaient garder cette chose secrète. Que T'Kara recherche son aide signifiait beaucoup.
"Je vais en parler avec l'Amiral Satelk dès demain matin", dit Icheb en poussant T'Kara de lui. "En tant que Vulcain, je suis sûr qu'il sympathisera à votre condition."
 
***
 
Académie de Starfleet
Hall Forrest
Bureau de l'Amiral Commandant
Date Stellaire 56389.6
21 Mai 2379, 08 heures 03 minutes
"Cadet de Troisième Classe Icheb au rapport, Monsieur", dit le jeune Brunali en se tenant au garde à vous devant le bureau de l'Amiral Commandant de l'Académie de Starfleet, un Vulcain du nom de Satelk.
"Asseyez-vous, cadet", dit Satelk, inclinant la tête en direction d'une des chaises devant le bureau qui les séparait. Icheb s'assit comme on le lui avait ordonné et l'amiral poursuivit. "Pour quelle raison désirez-vous me voir ce matin ?"
"C'est au sujet de la Cadette de Troisième Classe T'Kara", répondit Icheb.
"Y a-t-il un problème avec la Cadette T'Kara ?" demanda Satelk.
"En quelque sorte, Monsieur", reconnut Icheb. "Depuis quelques jours, elle se comporte... de façon erratique. La nuit dernière, elle est venue me voir dans ma chambre. Elle était plutôt... agressive, Monsieur."
"Dans ce cas, vous désirez déposer une plainte ?" Demanda Satelk. "Si c'est ainsi, vous devez le faire auprès de la sécurité du campus."
"Non, Monsieur", dit Icheb. "Si vous me pardonnez une faille à l'étiquette, Monsieur, j'ai des raisons de croire qu'elle fait l'expérience du Pon Farr."
Satelk sourcilla de surprise. "Vous connaissez le Pon Farr ?" Demanda-t-il. "C'est une des choses les plus secrètes des Vulcains."
"Oui, Monsieur", répondit Icheb. "C'est pourquoi je me suis adressé directement à vous, Monsieur. En tant que Vulcain, vous comprendriez le besoin de... discrétion en cette manière."
"En effet", remarqua Satelk.
"Elle a requis que je l'escorte sur Vulcain", poursuivit Icheb. "Son comportement inhabituel, en plus de son... désir fervent, m'ont amené à la conclusion que ce devait être le Pon Farr. La Plak Tow doit être proche."
"Puis-je demander d'où vous vient une telle connaissance des rites d'accouplement des Vulcains ?" s'enquit Satelk.
"De nombreux Vulcains ont été assimilés par les Borgs", répondit Icheb. "Certaines de leurs connaissances m'ont été retransmis via le réseau central de connaissances pendant que j'étais encore un drone."
"Je vois", dit Satelk. "Vous avez raison. Dans ce cas... la discrétion est de mise."
"Alors vous allez veiller à ce que T'Kara et moi-même puissions partir pour Vulcain ?" Demanda Icheb.
"Oui", répondit Satelk. "Je vais affréter un transport civil pour vous deux en vous donnant un congé médical. L'ordre arrivera sous peu." Il se leva puis présenta sa main droite dans le salut traditionnel Vulcain. "Longue vie et prospérité, Cadet."
Icheb se leva et répondit au salut. "Paix et longue vie, Amiral."
 
***
 
SS Stellar Queen
Vaisseau de ligne passager en route pour Vulcain
Date Stellaire 56393.2
22 Mai 2379, 15 heures 11 minutes
Icheb était convaincu que Satelk avait un sens d'humour tordu que même un Klingon lui aurait envié. Lui et T'Kara, qui était maintenant complètement dans le Pon Farr, étaient non seulement sur le transport civil le plus lent du quadrant, mais ils devaient aussi partager la même chambre.
De sa chaise devant la table située sous le hublot, Icheb regardait la couchette inférieure où était étendue T'Kara, apparemment en train de méditer. Son souffle était irrégulier, son visage se tordait d'une manière presque non-Vulcaine en s'efforçant de se concentrer. Peut-être, se dit Icheb, qu'une conversation l'aiderait mieux que la méditation pour l'instant.
"T'Kara", commença Icheb. "Je suppose que vous avez un compagnon auquel vous êtes lié qui vous attend sur Vulcain." Elle prit une mine encore plus renfrognée. "T'Kara ?"
"Oui", dit-elle en serrant les dents.
"Voulez-vous me parler de lui ?" Demanda Icheb. "Quel est son nom ?"
"Xon", dit-elle.
"C'est votre premier Pon Farr, n'est-ce pas ?"
Les yeux de T'Kara s'ouvrirent subitement. Elle lança sur Icheb un regard si intense qu'il aurait pu faire fondre du duranium. "Oui", dit-elle après un moment. Icheb n'ajouta rien d'autre et c'est finalement T'Kara qui poursuivit. "Vous connaissez le Pon Farr ?"
"Oui", répondit Icheb. "Mes connaissances sont limitées à ce qui a été partagé dans le Collectif pendant que j'étais encore un drone néonatal dans une chambre de maturation." T'Kara l'observa un peu plus longuement, puis tourna la tête pour regarder le dessous de la couchette supérieure.
"Parlez-moi de Xon", insista Icheb.
"Pourquoi ?" Demanda T'Kara.
"Simple curiosité", répondit Icheb.
"J'espérais que ce jour n'arriverait jamais", dit doucement T'Kara. "Xon est borné. Ennuyeux. Tout le contraire de ce que recherche dans un compagnon."
"Alors vous avez été liés par rituel quand vous étiez enfants", conclut Icheb, "selon l'ancienne coutume."
"Oui", répondit T'Kara. "Les quelques occasions où je l'ai rencontré depuis, nous avons toujours été en désaccord. Nous avons une interprétation totalement différente des enseignements de Surak. Je vous ai dit par le passé que j'estimais que les individus étaient définis par les défis de leurs vies. Xon a ce que je décrirais comme une aversion pour le défi. Il préfère une vie parfaitement planifiée dans des conditions contrôlées, sans jamais prendre de risques. Il n'apprécie jamais la diversité inhérente de l'univers."
"Alors le Pon Farr doit être encore plus difficile pour lui que pour vous", remarqua Icheb. "Bien que cela perturbe votre vie, pour lui cela doit ruiner son existence soigneusement contrôlée."
"C'est pourquoi je ne pourrai jamais être sa compagne", dit T'Kara. "Je ne pourrai jamais vivre avec quelqu'un dont l'existence peut si facilement être détruite."
 
***
 
Vulcain
Cité de de'Khriv
Résidence de S'Rol et T'Serra
Date Stellaire 56396.7
23 Mai 2379, 21 heures 54 minutes
Dans la maison des parents de T'Kara sur Vulcain, Icheb était assis sur le coin du lit spartiate de la chambre des invités, sa veste épaisse aux épaules rouges posée soigneusement au-dessus de la commode toute proche. Le voyage depuis la Terre avait été très long, à commencer par une longue attente dans le port spatial à San Francisco, puis dans le vaisseau qui apparemment n'avait jamais dépassé la vitesse de distorsion Quatre de tout le voyage, avec une bifurcation par Andor... Icheb était épuisé, ayant été incapable de dormir ou de se régénérer la plupart du temps.
Le dîner avec les parents de T'Kara, S'Rol et T'Serra, avait été silencieux, mais tranquille. En raison de son état avancé du Pon Farr, T'Kara avait rejeté le repas de sa mère. Elle refusait de manger. En fait, elle n'avait mangé que quelques bouchés de nourriture depuis leur départ de la Terre.
Il fouilla dans son sac de voyage, par terre à droite du lit et en sortit une tablette électronique. Il l'activa et commença à lire ce qu'on lui avait donné à étudier pour son cours sur les procédures de Premier Contact et les lois de la Fédération.
Icheb lisait depuis approximativement dix minutes quand la porte de la chambre d'invités s'ouvrit en silence. Un instant plus tard, T'Kara se tenait devant lui, habillée d'une simple robe du désert commune sur Vulcain et aux régions arides sur d'autres mondes.
Sans avertissement, T'Kara se jeta sur le lit avec Icheb. La tablette tomba sur le sol et Icheb se retrouva une fois de plus immobilisé sous le corps de T'Kara. Elle l'agrippa par les poignets, les retenant fermement au-dessus de la tête, puis subitement l'embrassa.
"T'Kara", haleta-t-il après s'être dépêtré avec difficulté de ce baisé forcé qui pourtant n'avait pas été tout à fait déplaisant. "Vous vous oubliez !"
L'ignorant, T'Kara relâcha les mains d'Icheb, ayant les mains libres pour ouvrir le gilet de l'uniforme de l'ancien drone. Ses mains caressèrent sa poitrine dénudée. Un soupçon de sourire apparut sur les lèvres de la Vulcaine.
"T'Kara", répéta sévèrement Icheb. "Vous êtes une Vulcaine, entraînée aux disciplines mentales de Surak. Vous vous oubliez."
Les mots d'Icheb semblèrent s'infiltrer dans l'esprit perdu dans les affres du Pon Farr. Elle le relâcha puis se releva du lit.
"Mes excuses, Icheb", dit finalement T'Kara. "Il semblerait que la Plak Tow, la fièvre du sang, ne soit pas seulement descendue sur Xon, mais également en moi. C'est le lien mental que nous partageons qui a déclenché mon Pon Farr quand le sien a débuté. Tout cela prendra fin demain. Je vais demander le Kal-If-Fee." Elle se retourna et sortit rapidement de la chambre.
Le Kal-If-Fee. Icheb se rappela ses cours de Vulcain de l'année précédente. C'était la deuxième moitié de Koon-Ut-Kal-If-Fee, ce qui signifiait 'mariage ou défi.' Il n'était pas certain d'aimer ce que cela impliquait.
 
***
 
Vulcain
Près de la Cité de de'Khriv
Date Stellaire 56398.2
24 Mai 2379, 11 heures 23 minutes
Icheb marchait derrière T'Kara en procession vers les terres ancestrales de la famille de Xon. Devant eux se tenait la matrone de sa famille, une Vulcaine âgée appelée T'Mari. Derrière eux se trouvaient plusieurs cousins adultes de Xon, habillés des vêtements cérémonials de combat.
Quand le cortège arriva sur le site, Icheb vit une aire ouverte d'un diamètre de plusieurs mètres avec un puits à charbon et, suspendu au-dessus, un gong hexagonal haut de deux mètres dont la surface était décorée de formes en diamants gravées. Xon se tenait près du gong, un marteau à la main. Un autre homme, un ami ou un proche, Icheb n'en était pas sûr, se tenait à sa gauche.
Les deux Vulcains qui portaient la litière de T'Mari s'arrêtèrent et la déposèrent soigneusement sur le sol. Les hommes derrière Icheb et T'Kara les dépassèrent brusquement et se positionnèrent de chaque côté de la litière. Xon fit un pas vers l'avant, croyant clairement que T'Kara allait simplement compléter le Koon, le mariage. Après tout, on pouvait compter sur une seule main le nombre d'individus durant le dernier siècle qui avaient invoqué le Kal-If-Fee, le défi, et il restait encore des doigts de disponible.
"J'invoque le Kal-If-Fee", annonça T'Kara. Il y eut un silence. Un silence absolu, avec seulement le vent et les cris lointains des matyas pour le briser. La furie incontrôlable sur le visage de Xon était palpable.
T'Mari fixa T'Kara. "En connaissez-vous les conséquences ?" Demanda l'ancienne Vulcaine en haut Vulcain officiel, que le traducteur universel d'Icheb convertit dans un ancien dialecte standard.
"Je les connais", répondit T'Kara.
"Le Kal-If-Fee a été invoqué", entonna T'Mari. "Qui sera ton champion ?"
"Icheb", dit T'Kara, en inclinant la tête vers le jeune Brunali, "sera mon champion."
T'Mari jaugea l'ancien drone avant de s'adresser à lui. "Etant quelqu'un ne faisant pas partie de ce monde", commença-t-elle, "Vous avez l'option de refuser la décision de T'Kara. Avez-vous connaissances des traditions Vulcaines ?"
"Mes connaissances sont limitées", admit Icheb.
"Si vous acceptez", expliqua T'Mari, "vous devrez affronter Xon dans un combat rituel, selon une tradition remontant à des âges immémoriaux. Si vous l'emportez, vous aurez l'option de vous lier à T'Kara, comme c'est votre droit selon les lois de Vulcain, dans le Koon-Ut So'lik."
Icheb soupesa ses mots avec soins, puis annonça, "J'accepte."
T'Mari hocha la tête. "Que l'on apporte les lirpas !" Commanda-t-elle. Deux des cousins de Xon allèrent derrière la litière et ouvrirent un grand compartiment. Quand ils revinrent, chacun portait une grosse arme en métal. Elle avait un manche long d'un mètre avec un lourd poids à une extrémité et une lame tranchante incurvée à l'autre. Icheb soupesa l'arme en la prenant. Son équilibre était excellent. La lame semblait encore plus tranchante maintenant qu'il la voyait de près. Il réalisa finalement que ce match ne pouvait avoir qu'un gagnant et qu'il était sans nul doute à mort.
"Commencez", ordonna T'Mari.
Xon chargea immédiatement Icheb avec son lirpa. Dans sa folie du Pon Farr, le Vulcain avait apparemment rejeté toute stratégie dans l'espoir de prendre son opposant par surprise et le décontenancer par la gravité écrasante. Ce qui, décida Icheb, était un très mauvais calcul de la part de Xon. Il évita le coup sauvage de la lame du lirpa, heureux que ses implants Borgs permettent à ses muscles de compenser le surplus de gravité de ce monde désertique. Il était vrai qu'il ne serait jamais l'égal en rapidité et en force brute de son adversaire chargé d'adrénaline, mais les conditions n'entraveraient pas non plus ses mouvements.
Xon chargea une nouvelle fois. Il devint bientôt clair à Icheb que, effectivement, le Vulcain se battait comme un dément, sans réflexion ni stratégie. Il tint son lirpa horizontalement, bloquant le coup, puis poussa Xon vers la lame, faisant perdre l'équilibre à son adversaire. Il profita de cette opportunité pour mettre l'extrémité avec le poids du côté de Xon, puis le frappa durement dans le ventre avec.
Ceci eut l'effet désiré. Xon perdit son souffle pendant un moment et son offensive s'arrêta complètement. Icheb répéta la même attaque et martela l'abdomen de Xon à plusieurs reprises. Xon faisait un pas en arrière à chaque coup et sa poigne sur son lirpa commençait à glisser. Puis Xon remarqua que les talons de ses pieds étaient à la limite de la plate-forme faite de pierre. Il regarda au sol et vit qu'il avait reculé jusqu'au puits de charbons.
Quand Xon baissa la tête pour voir où il en était, Icheb donna le coup final de sa stratégie. Utilisant encore le côté massif du lirpa, il envoya un coup dévastateur sur le visage de Xon, cassant probablement le nez du Vulcain et lui faisant perdre son équilibre. Xon perdit complètement la poigne de son lirpa. Il tituba vers l'arrière, le derrière de sa tête frappant le gong. Il trébucha et s'écrasa le dos dans les charbons ardents du foyer.
Xon poussa un cri de douleur et se remit difficilement sur ses pieds. Repoussant la douleur, il se précipita sur Icheb. Lirpa ou pas, il avait l'intention d'ouvrir la gorge du Brunali à mains nues.
"Kroykah !" Beugla T'Mari. Soit Xon ne l'avait pas entendue, ou bien il avait choisi de l'ignorer. Icheb bloqua le contre assaut anticipé en tenant son lirpa horizontalement à bout de bras, frappant Xon à la gorge.
"Kroykah !" Répéta T'Mari. Les cousins de Xon l'attrapèrent par le dos et l'éloignèrent d'Icheb pendant que deux autres récupéraient les lirpas. Une fois Xon contenu, T'Mari commanda, "Apportez les Ahn Woon."
Les deux Vulcains qui avaient récupéré les lirpas les déposèrent alors dans leurs cases derrière la litière et en ressortirent les Ahn Woon proscrit. Quoi que ce fût, pensa Icheb, le Brunali s'approcha rapidement près de T'Kara.
"Vous ne m'aviez pas averti", dit sèchement Icheb, "que vous alliez me choisir comme champion quand vous déclareriez le Kal-If-Fee."
"Mes excuses", répondit T'Kara. "J'ai incorrectement supposé que vous le déduiriez par vous-même, étant donnée mon attitude."
Un des cousins de Xon s'avança vers Icheb et lui remit une lanière qui semblait être en cuir. Le Ahn Woon. A cet instant, le bref sursis au rituel prit fin.
"Commencez", entonna T'Mari.
Icheb essayait de déterminer s'il était possible de conclure le rituel de combat sans mort. Durant ses recherches sur le Pon Farr, dont très peu de chose étaient disponibles étant donnée l'inclination des Vulcains au secret, il avait appris qu'une situation semblable s'était apparemment produite au siècle dernier durant la première mission de cinq ans du Capitaine Kirk à bord du Vaisseau Stellaire Enterprise. Et, en lisant entre les lignes des journaux de bord de l'équipe de commandement de cette époque, il semblait que Kirk avait simulé sa propre mort pendant qu'il combattait Spock dans ce rituel de combat.
Icheb évita une série d'attaques fouettées de Xon pendant qu'il continuait à réfléchir aux options tactiques potentielles dans cette situation. Kirk avait apparemment été étranglé par Spock avec le Ahn Woon. Et il semblait, selon les commentaires et les entrées encryptées du journal de bord du Voyager, qu'il était possible que le Pon Farr soit résolu sans mort en rituel combat, s'il avait bien interprété les informations concernant le Pon Farr de l'Enseigne Vorik.
A cet instant, le Ahn Woon de Xon frappa le côté de la tête d'Icheb. Le moment suivant, la solution se présenta à lui.
Frappant agressivement Xon pour mettre son opposant sur la défensive, puis feintant des attaques qui eurent l'effet désiré, Icheb parvint à se positionner derrière le Vulcain. Il sauta sur lui et entoura son Ahn Woon autour du cou de Xon. Ce dernier lâcha son arme pour libérer ses mains dans une tentative de tirer assez sur la lanière pour pouvoir respirer de nouveau. Ils luttèrent tous deux dans cette position pendant plusieurs secondes, puis les bras de Xon tombèrent mollement le long de son corps et Icheb relâcha immédiatement son étreinte.
Un des cousins avança et sentit toujours le pouls de Xon. Il regarda vers T'Mari et confirma son diagnostic. "Il est encore en vie."
T'Mari regarda Icheb. "Vous devez achever votre opposant."
"Non", dit Icheb. "Je ne peux pas."
"Vous le devez", répéta T'Mari. "Le Kal-If-Fee est un combat à mort."
"Il existe une preuve", contra Icheb, "venant du Vaisseau Stellaire Voyager que le simple combat peut aider à purger la Plak Tow. N'est-il pas illogique d'insister qu'il y ait mort de l'un des opposants quand il est possible de le laisser vivre ? Les conditions du Pon Farr n'étaient pas de son choix."
T'Mari considéra l'argument. "Vous clamez qu'il existe une preuve."
"L'Enseigne Vorik", commença Icheb, "du vaisseau Stellaire Voyager est entré en Pon Farr, il y a de cela presque quatre ans, durant le voyage du vaisseau dans le Quadrant Delta. Il a essayé de se lier avec le chef ingénieur du vaisseau, mais quand elle a rejeté le Koon-ut So'lik et choisi le pilote du Voyager à sa place, il a invoqué le Kal-If-Fee. Ils ont lutté jusqu'à épuisement et la Plak Tow est passée quand ils ont sombré tous les deux dans l'inconscience."
"Vous avez été témoin de ces événements ?" Demanda T'Mari.
"Non", admit Icheb. "C'était avant que je fasse partie de l'équipage du Voyager. Mais Vorik est toujours vivant et peut témoigner de ces faits."
"Vos arguments sont valables", concéda T'Mari. "Votre opposant sera épargné."
 
***
 
Vulcain
Cité de de'Khriv
Résidence de S'Rol et T'Serra
Date Stellaire 56398.6
24 Mai 2379, 14 heures 54 minutes
Icheb et T'Kara étaient assis en silence dans la salle de séjour de la maison de ses parents. T'Kara avait maintenant retrouvé tout le contrôle d'elle-même puisque la Plak Tow était passée et que son Pon Farr en était à sa dernière phase. Elle regardait Icheb qui vit dans ses yeux les émotions qu'elle contrôlait encore difficilement. Douleur. Fureur. Honte. S'Rol entra dans la salle d'un pas mesuré et tout à fait silencieux.
"Nous avons reçu un message de la famille de Xon", annonça S'Rol. "Ses blessures sont relativement mineures et sa Plak Tow est passée à la suite du rituel de combat. Il semblerait, Icheb, que vous ayez eu raison. Néanmoins, sa famille a déjà commencé à chercher une compagne pour Xon." Le message livré, S'Rol se retourna et quitta la salle.
"Je réalise que ceci pourrait mettre fin à notre amitié", dit T'Kara un moment plus tard.
"Vous aviez peu de contrôle sur vos hormones et vos émotions", répondit Icheb. "Je comprends cela."
"J'aurais dû vous dire avant la cérémonie que vous seriez mon champion", dit T'Kara.
"Je ne désire pas mettre fin à notre amitié", dit Icheb.
"Alors vous accepterez le Koon-ut So'lik ?" demanda T'Kara.
"Je n'ai pas dit cela", répondit Icheb. "J'offre plutôt le défi d'explorer notre amitié, laquelle a été altérée par ces événements. Je ne désire pas m'engager dans un lien pour le moment, parce que je ne sais pas si je suis celui que vous voulez, pas plus que je ne sais si vous êtes celle que je cherche."
"Je vois", dit T'Kara.
"Cependant", dit Icheb. "Si nous sommes toujours des amis aussi proches que maintenant à la fin de notre période à l'Académie... Je serai prêt à reconsidérer le Koon-ut So'lik."
T'Kara le regarda dans les yeux, l'ombre minuscule d'un sourire sur ses lèvres, et il lui rendit son regard.
 
---------------
Ecrit par: Jeffrey Harlan
version française: André
Producteurs: SaRa, MaquisKat et Coral
Remerciements aux différents correcteurs: Laurent (version française).

.. Episode précédent      Version texte      Version originale       Episode suivant

guide saison 8        Retour aux saisons virtuelles        guide saison 9

Star Trek and all its related marks are trademarks of Paramount Pictures. No Infringement Intended.